jeudi 21 mai 2015

Flower Power : biographie d'une immigrante hollandaise

Je vous dévoile aujourd'hui le début d'une biographie sur laquelle je travaille. Il s'agit d'une femme hollandaise ayant immigré à Montréal il y a bientôt 50 ans. Les noms ont été changés dans un souci de confidentialité.
Bonne lecture ! 



Il y a des rencontres qui changent le cours d’une vie. La mienne eut lieu un beau jour de mai, à la Pentecôte, dans une des plus belles villes du monde, Paris. Accompagnée d’Ana, une amie d’école, nous avions décidé de franchir la frontière hollandaise pour passer une fin de semaine prolongée dans la capitale française. Nous avions à peine 22 ans, je commençais tout juste un travail à La Haye, le monde nous appartenait.

Je m’en rappelle comme si c’était hier. Avec notre sac sur le dos, nous avions pris le train pour Paris puis rejoint un hôtel bon marché dans le quartier latin. Aujourd’hui, un voyage similaire peut sembler anodin, mais à notre époque, c’était une étape dans notre vie.

Sitôt les bagages délaissés dans notre chambre, nous sommes parties à la découverte de Paris pour nous enivrer de l’art de vivre à la française. Qui dit balade parisienne, dit aussi pause café à toute heure de la journée ; nous nous sommes alors attablées à un café sur le Boulevard Saint-Germain. Jean était assis à une table voisine avec un ami. Son teint d’ébène hérité de ses origines guyanaises ne laissait personne indifférent, surtout pas moi. A cette époque, il s’apprêtait à entrer dans la trentaine, et il dégageait déjà une assurance et un charme qui incitaient à le suivre n’importe où. Il s’est tourné vers nous, s’est levé, et en toute simplicité, est venu débuter une conversation. Il nous a suggéré de l’accompagner avec son ami à un ballet le soir-même puis de sortir par la suite. Ce que nous avons accepté. Nous sommes donc allés voir le ballet puis nous avons continué la soirée à l’Escale, un club de danse situé sur les bords de la Seine. Avec le recul, je réalise que ce club portait bien son nom. Car cette rencontre, aux allures innocentes au premier abord, symbolise aujourd’hui pour moi, le début de la fin d’une époque de ma vie.

Après quelques verres à l’Escale, Jean m’a dit qu’il connaissait une autre place pour poursuivre la soirée. J’ai laissé Ana avec l’autre ami et je suis sortie avec lui. Je me rappelle avoir commencé à monter des marches, beaucoup de marches. La présumée boite s'est avérée être sa chambre située au neuvième étage ! Jean occupait une petite chambre de bonne sur le boulevard Saint-Michel, pas très loin du jardin du Luxembourg, avec un lavabo au fond du couloir. Mon amie a dormi à l’hôtel, moi, je ne suis jamais rentrée. Je suis restée toute la nuit avec lui.

Encore sur un nuage après la nuit passée en sa compagnie, j’ai retrouvé mon amie Ana le lendemain midi dans un restaurant, mais cet état de béatitude ne dura pas longtemps. Lorsqu’il nous rejoignit plus tard dans la journée, il fut incapable de se souvenir de mon prénom. Tel une douche froide, le retour à la réalité fut instantané. Il me baptisa Flower Power, un surnom teinté de couleurs hippies, mais faisant surtout référence à mon manteau de pluie parsemé de fleurs. Ça l’a fait rire. Moi, ça m’a choqué. Son côté dragueur avec les filles m’avait déjà sauté aux yeux, mais à ce moment-là, j’ai eu la désagréable sensation de n’être qu’un objet pour lui. Et puis, j’ai relativisé. C’était juste une relation d’un soir, il n’y aurait pas de suite.

Lorsqu’il m’a demandé mon adresse au moment de se quitter, pas un instant je n’ai pensé qu’il l’utiliserait. De toute façon, Jean n’était pas vraiment le genre de personne pour qui l’on se dit « ok, là, je vais passer le reste de ma vie avec lui ». Pourtant, quelques semaines plus tard, il sonna à ma porte en Hollande. Et c’est ainsi que débuta notre histoire. Cette rencontre changea à jamais ma vie - pour le pire comme pour le meilleur - et m’a permis de devenir la femme que je suis devenue aujourd’hui.


Si vous souhaitez vous aussi rédiger l'histoire de votre vie à travers la plume d'un écrivain,
contactez-nous !


Source de l'image : Un Beau Jour

Enregistrer un commentaire

Copyright © 2014 Passeurs d'histoires